Nous avons interviewé Ayelet Ron, talentueuse metteur en scène et auteur a succès de nombreuses pièces de théâtre. Elle a notamment enseigné dans les  Universités de New York et de Tel-Aviv. Elle est est aujourd’hui à l’origine d’un concept novateur et  partage de manière originale et professionnelle son expérience dans le domaine théâtral et dans celui de  l’expression corporelle.  Nous vous proposons la retranscription de notre entretien avec Ayelet, qui nous parle un peu plus de son monde.

Bonjour, Ayelet Ron

1. Pouvez vous nous parler du concept de Trancethéâtre ?

Le pojet a pour but de mener à son introspection, de mettre en avant ses qualités et d’exploiter au maximum ses capacités pour  se renforcer soi-même. On dit que la vie, tout comme son propre comportement dans cette vie, sont une routine.  Transthéâtre pénètre à l’intérieur de vous-même et  fait ressortir ce qu’il y a de meilleur en vous. Nous avons choisi le désert comme lieu de travail car il représente la grandeur, l’ouverture ; c’est un endroit où les frontières n’existent pas, où tout est possible, et c’est  le message que nous essayons de faire passer. On pousse chaque personne à faire plus que ce qu’il fait d’habitude, on incite nos participants à imaginer une personne à laquelle ils voudraient ressembler  pour qu’ils comprennent que eux aussi peuvent  arriver à lui ressembler.

Transthéâtre, c’est la transformation de l’être, nos méthodes sont amusantes et en même temps profondes , nos groupes sont petits, cela permet une certaine intimité.

2. Comment ce concept est-il né ?

Je suis metteur en scène et auteur depuis des années ; j’ai enseigné le théâtre à l’ Université de New York où j’ai habité quelques années, et à celle de Tel-Aviv où  j’ai lancé une méthode qui me permettait d’aller chercher ce qu’il y avait de mieux et de plus profond chez mes acteurs.

J’ai toujours rêvé de travailler dans le désert. Quand je suis rentrée de New York, on m a proposé de faire un projet, et j’ai tout de suite saisi l’occasion. Nous avons commencé il y a 5 ans avec des acteurs de théâtre  mais le groupe s’est ouvert aux autres personnes qui voulaient vivre cette expérience.

3. Pouvez nous décrire comment se déroule un week-end ?

Nous nous donnons rendez-vous dans la petite ville de Arad, proche du désert du Néguev. Après 20 min. de route à travers des paysages magnifiques, nous faisons en sorte de cristalliser le groupe avec des jeux, des improvisations, des mises en scène, les gens apprennent à se connaitre rapidement. Ils quittent le monde d’internet et communiquent d’une autre façon, le temps d’un week-end.

4. Qu’avez-vous à dire aux lecteurs de coolisrael.

C’est une chance magique de pouvoir se redécouvrir, de voir un autre côté de soi-même.  Je serais ravie de vous recevoir en Israel. C’est une manière particulière et enrichissante de découvrir le pays ;   nous accueillons des gens du monde entier mais encore trop peu de Français.

J’attends vos commentaires et vos questions avec impatience.

Merci

Le site